bottes_cowboys

Une équipe gagnante!

Lors de mon dernier article intitulé «Un complice à 4 pattes», je vous confiais ma hâte et mon euphorie extrême à l’approche de mon séjour à la Fondation Mira où j’allais faire la connaissance de mon complice à 4 pattes. Je vous en ai parlé avec tant de passion, mais attendez de lire ce qui suit. Oui, car à présent, il ne s’agit plus d’un projet raconté avec toute la hâte qui vient avec l’anticipation d’une joie prochaine. Non, car maintenant, on y est! J’ai débuté ma classe le 2 avril, donc la semaine dernière, et j’ai envie de vous offrir mes impressions, une semaine jour pro jour après le début de cette merveilleuse aventure que j’aurai beaucoup de mal à décrire avec les bons mots, tellement c’est une expérience intense à tout point de vue.

Je suis arrivée à l’hébergement de la Fondation Mira le 1er avril, peu avant l’heure du souper. Évidemment, lorsqu’on arrive dans un lieu qui nous est inconnu, avec de parfaits inconnus tout autour et que l’on sait qu’on ne rentrera pas chez soi avant un mois, je vous assure que le choc est considérable. Je suis une personne très émotive et sensible à l’extrême, alors au tout début, je me sentais comme lorsque j’avais 6 ans et que j’étais pensionnaire à l’école… Ouf! En plus, comme personne ne se connaissait, les conversations étaient plutôt timides lors du premier souper. Je me sentais donc vraiment petite dans mes souliers; j’avais l’impression d’être la seule de ma planète, car quelques personnes se connaissaient déjà et parlaient entre eux, etc. Donc, ce premier soir fut particulièrement déroutant, mais je ne m’en faisais pas outre mesure. Je m’étais donnée pour défi personnel de m’intégrer avec succès à toute cette joyeuse bande dans les 24 premières heures. Et croyez-moi, cela fut fait dans les règles de l’art!

Le lendemain, au jour 1 de cette formidable aventure, toutes les langues s’étaient déliées, tant la frénésie de faire la connaissance de notre nouveau compagnon nous gagnait. Tous ceux qui avaient déjà connu ce qu’était de vivre avec un chien-guide m’en vantaient tous les bons côtés et me disaient haut et fort que je ne voudrais plus rien savoir de ma canne blanche une fois que j’aurais goûté au bonheur de la vie avec un chien.
Et puis, nous nous sommes rendus au chenil ce même après-midi du 2 avril. C’est là que les instructeures de la Fondation Mira se sont affairées à effectuer des pairages entre nous et des chiens qu’ils croyaient capables de faire équipe avec chacun d’entre nous. Dans mon cas spécifique, j’avais déjà une très bonne idée de qui j’allais découvrir, car lors des tests que nous avions fait avant la classe, c’était toujours Perle qui s’était démarquée. J’étais donc à peu près convaincue de la retrouver ce jour-là et, comme je l’espérais, c’est elle qui m’a été amenée et on ne s’est plus jamais quittées. En fait, oui, on se quittait en fin de journée, disons, pour les 2 premiers jours, mais je n’ai essayé aucun autre chien à part elle. Disons que notre pairage s’était effectué durant les tests, alors nous étions relativement bien fixées en ce qui concerne le chien idéal pour moi.

C’est ainsi que, durant la première semaine, le but était d’apprendre à fond comment donner à ma gentille Perle tous les commandements qu’elle a appris lors de son entraînement et de réagir de la bonne façon en tout temps. Tout cela semble simple, lorsque décrit comme ça, mais croyez-moi, c’est vraiment quelque chose de devoir tout intégrer de manière fluide à nos petits gestes de la vie quotidienne. Bien sûr, le chien nous guide, mais encore faut-il bien connaître l’environnement où l’on se trouve afin de lui donner les bonnes directives. Car le chien ne décide pas à notre place. Il nous aide à bien accomplir le projet de déplacement que nous avons en tête, mais il faut véritablement savoir où l’on souhaite aller pour pouvoir bien l’indiquer à notre chien. Et puis, ce qui rend la chose plus complexe mais à la fois plus sécuritaire car on peut s’ajuster au fur et à mesure, c’est qu’il faut décortiquer chaque petit geste que l’on fait. Demander à avancer, commander un arrêt, demander une direction, chacune de ces actions doit être isolée et demandée séparément avant qu’elle soit exécutée, afin que tout soit clair pour le chien et bien fait. Mais, une fois qu’on sait bien maîtriser tout cela, ça devient d’une incroyable fluidité et ne semble plus décortiqué du tout. Mais au début, ouf! C’est un apprentissage de tous les instants. Sans oublier toutes les techniques à apprendre au début: assembler collier, laisse, lui mettre dans le bon sens, mettre le harnais, tout bien tenir en main, adopter une bonne position bien parallèle à notre chien tout le temps… Et puis, comment demande-t-on au chien de s’installer lorsqu’on s’assoit quelque part et qu’on ne veut pas qu’il prenne trop de place ou qu’il se fasse accrocher? Il y a des trucs pour tout, mais il faut les connaître et bien les mettre en place avec notre partenaire canin et plus on pratique, mieux tout cela s’exécute! C’est le seul secret pour une parfaite symbiose: la pratique à répétition!

Ici, je vous parlais de tout l’aspect technique de la chose, mais croyez-moi, cela dépasse de beaucoup toutes ces technicalités. Il y a tout l’aspect émotionnel qui entre immédiatement en jeu, dès que l’on fait connaissance avec notre futur complice. Si le déclic se fait, voilà qu’on s’aime pour de bon et qu’on veut tout faire pour se rendre mutuellement heureux. Moi, dès que j’ai rencontré Perle la toute première fois, je l’ai aimée tout de suite et elle s’est mis à me protéger dès nos tout premiers pas ensemble. On a eu une connexion instantanée toutes les deux et depuis, on fait tout pour être bien l’une avec l’autre. Dans ces conditions, imaginez combien cela peut être difficile au début pour une émotive telle que moi de gérer les bonnes doses d’affection à donner pendant le travail et hors du travail… C’était une véritable torture pour moi au départ, car comme je ne voyais Perle qu’au chenil et, donc, en travaillant, j’étais obligée de lui refuser les câlins trop longs ou trop excessifs et j’avoue qu’au début, je ne comprenais pas pourquoi je devais modérer ses ardeurs. Il aura fallu que mon instructeure y aille d’arguments on ne peut plus convaincants afin que je comprenne une bonne fois pour toutes que pendant qu’elle a son harnais, elle travaille et que quand elle travaille, Perle doit être à son affaire et se rendre disponible en tout temps pour m’aider, alors les overdoses d’affection doivent se distribuer hors du travail, lorsque harnais et laisse sont retirés et quelle est au repos. J’ai eu d’ailleurs plus de facilité à contrôler ses excès affectifs lorsque j’ai commencé à l’avoir avec moi à l’hébergement et qu’on a pu passer de longues heures ensemble au repos et que j’ai pu la flatter à volonté (rire).

En plus d’apprendre à gérer l’aspect affectif, je devais aussi aller puiser, tout au fond de moi, bien caché, un peu de caractère afin d’être capable d’imposer des limites claires et d’acquérir auprès de ma belle Perle le respect qui m’est dû. Mon extrême douceur fait de moi une bien piètre madame Discipline… (rire) Mais j’apprends à appliquer juste assez de fermeté pour qu’elle me respecte et qu’elle sache que ce qui ne fonctionnait pas durant l’entraînement ne fonctionnera pas davantage maintenant.

C’est tout cela qui s’est tout doucement mis en place durant cette première semaine. Jeudi le 4 avril, j’avais le bonheur de ramener ma petite Perle à l’hébergement avec moi en après-midi. Quel moment émouvant! D’ailleurs, juste avant de quitter le chenil avec elle, on m’a demandé de l’appeler pour qu’elle vienne à moi. Quel acte symbolique, mais si beau! Je l’ai appelé de tout mon coeur et elle est venue en courant me rejoindre… Quel moment heureux… Et puis, une fois qu’elle fut arrivée dans ma chambre avec moi, ouf! J’avoue que j’ai paniqué au tout début. Je me sentais comme le jour où j’étais revenue de l’hôpital avec mon bébé à la maison. Qu’est-ce que je fais maintenant? avec Perle, la sensation était identique, mais les questions, un peu différentes, tout de même: «Est-elle heureuse? M’aime-t-elle? Va-t-elle s’ennuyer? Serai-je à la hauteur? Sera-t-elle bien?» «Wooo!!! On se calme le pompon, Madame Daraîche!» que je me suis dit. Pour venir à bout de cette insécurité soudaine, je me suis assise par terre auprès de ma douce petite Perle et je l’ai flattée tant que j’ai pu… Et voilà! Toute incertitude fut dissipée. Oui, elle semble très heureuse et moi, je le suis énormément auprès d’elle.

À présent, nous sommes à solidifier toujours plus ce beau lien que nous avons commencé à tisser toutes les deux, en plus de continuer à apprendre à travailler en équipe bien synchronisée ensemble. Plus les jours avancent, plus nous sommes placées dans des situations réalistes, tout à fait comparables à ce que nous allons vivre dans notre quotidien avec notre chien une fois la classe terminée. J’aurai d’autres nouvelles à vous livrer un peu plus tard durant ce beau moment magiqe, je vous le promets. Je suis à la Fondation Mira jusqu’au 26 avril, alors j’aurai encore bien des beaux moments à vous offrir, vous pouvez y compter!

Je serai heureuse de lire vos impressions suite à la lecture de cet article si le coeur vous en dit.

Au plaisir!

Commentaires sur ce billet

  1. St-Onge Denis says:

    JE SUIS TRES CONTENT POUR TOI

  2. Sylvie Côté says:

    Bonjour Katie, Je suis bénéficiaire d’un chien d’assistance Mira, alors je vous souhaite bienvenue dans cette merveilleuse famille. Pour vous l’aventure ne fait que commencer. Un gros câlin à Perle et bien du bonheur à vous.
    Au plaisir de lire vos aventures….

  3. denise says:

    je suis tellement heureuse pour toi.

  4. Annette Arsenault says:

    Bravo et encore bravo!! Quelle belle histoire d’amour!! Et je t’en souhaite tout plein encore et encore avec ta nouvelle compagne et complice!!! xxx

  5. Lyne Morin says:

    vous êtes si touchante!! J’ai eu du mal à finir ma lecture tellement je fus touché. Merci de témoigner, comme FA ça me donne l’énergie pour poursuivre mon travail!! J’ai déjà hâte de lire la suite

    Lyne xx

  6. Doris says:

    Bonsoir , je suis tellement contente pour toi et ton chien perle je suis sure que tu va aimer de tout ton coeur et il va te rendre tout ce que tu as besoin, je souhaite bonne chance et j’espère avoir d’autre nouvelles de toi et perle , et aussi j’aimerais que tu vienne me visiter chez moi avec ton chien et nous en parler ,car moi j’ai une résidence de personnes agée et je crois qu’ils aimerais te voir et attendre parler de ton histoire , situ le desire mon numéro de téléphone est le 819 -227-2785 merci à bientôt De Doris .

  7. Diane Lussier says:

    Bonjour Katia,

    Quel bonheur de recevoir de vos nouvelles suite à votre première semaine de classe chez Mira. C’est vraiment un plaisir de vous lire. Je suis une famille d’accueil d’un chiot Mira et votre histoire nous donne beaucoup d »énergie à poursuivre notre mission avec notre chien. Tous les jours les gens nous dise: ‘ comment ferez-vous pour remettre votre chien le temps venu, moi je ne serais pas capable’.
    Eh bien, avec des histoires comme la vôtre en tête, je serai capable de traverser cette séparation. Je vous remercie de partager, vous êtes formidable et je vous souhaite une excellente 2ème semaine de classe.

    Diane Lussier
    Famille d’accueil de Narval (St.-Pierre de 8 mois)

  8. Carole Daraiche says:

    Chère Katia je suis tellement heureuse pour toi. Quel beau cadeau que tu reçois et combien ta vie va être plus facile à présent.

    Je suis sûre que ta grande sensibilité fait de toi une maîtresse canine efficace et aimante.

    Bon courage pour l’entraînement,

  9. Allo ma belle Katia,
    Je suis tellement heureuse de te lire et de sentir ton merveilleux bonheur à travers ton beau message. Wow! Perle c’est comme une musique sur tes paroles et ensemble vous êtes la plus belle chanson qui existe! Merci de nous donner de tes nouvelles. Je t’embrasse bien fort et j’ai très hâte de te revoir!
    Johanne Provencher XX

  10. Salut, j’ai lu ta merveilleuse expérience, merci bcp de la partager. En te lisant, tu m’as appris tellement de choses, par moment tu m’as fait rire petite coquine. C’est tout un apprentissage, pas juste pour toi mais pour Perle aussi. J’ai adorer la lire, tu l’as tellement bien raconter que je me sentais la vivre moi meme. Bravo, tres contente pour toi. xxxx

  11. Andrée-Ann Blais says:

    Que c’est touchant et beau. J’ai terminé moi aussi la lecture les yeux pleins d’eau !! Longue vie à votre complicité. En tant que FA, je déploie beaucoup d’énergie et d’effort pour mener au bien ma mission… Que c’est beau et doux d’entrendre votre témoignage !!!
    Affectueusement, Andrée-Ann et Boréale xxxx

  12. Jocelyn Rafferty says:

    Je trouve ça fantastique l’expérience que tu vit présentement katia et toutes les réponses que tu reçoit des gens qui te témoigne leurs soutiens et leurs amour à ta cause, je croit que c’est un retour des choses car tu procure tellement d’émotions et d’amour, moi même c’est mon cas alors je tient à te remercier pour tout l’amour et l’émotion que tu nous donne si gentillement xxx

  13. louise lemieux says:

    Bonjour Katia,
    Quelle belle ecriture tu as :-)!
    Je suis famille d’acceuil et mon chien a ete remis au mois de fevrier a une personne avec un handicap phisyque et En te lisant j’ai compris tout ce que la personne beneficiaire a vecu durant les premieres semaines chez Mira : impressionnant et ca me touche beaucoup!!!
    je vais reprendre un chiot au mois de juin :-)))
    Bonne route avec ta Belle Perle et j’ai hate de lire la suite …
    xxx

  14. Kristelle Hautcoeur says:

    Wow!! c’est touchant lire cette belle partie de ta vie .
    Félicitation pour ta petite Perle 😉 j’aimerais bien voire une photo de vous 2 🙂 bye bye bonne Journée! XxX
    Kristelle Hautcoeur

  15. Monic Dubé says:

    Bonjour Katia, je suis très heureuse pour toi, tu as maintenant des yeux! Ton projet d’opération en Chine est-il toujours dans ton futur? Merci de me répondre et bonne chance! Ciao!

  16. guylaine says:

    c’est vraiment très touchant et motivant pour moi qui viens de recevoir un petit Mira pour un an.Il en est encore à essayer de manger les plantes et les meubles mais j’espère qu’il deviendra un fidèle compagnon comme votre Perle. Bravo et bonne continuation!

  17. Francine Germain says:

    Wowwwwww Que dire de plus. Moi et ton cousin Yvan étions partis en voyage depuis le 2 avril, alors tu comprendras que je n’avais pas eu la chance de lire ton histoire depuis mon départ. C’est à ça que je me suis attelée à faire depuis ma levée ce matin. Quelle lecture délectable. Que de plaisir et d’émotions se dégageant de ces mots couchés par cette plume venant de l’âme. Je suis tellement heureuse pour toi et cette Perle que nous rencontrerons surement à ton retour. Bon séjour xoxoxox

  18. Louise Pelletier says:

    Quel beau récit touchant et vibrant d’émotions! Difficile de ne pas verser des larmes devant tant de bonheur et de joie! Merci de partager avec nous et au plaisir de vous lire à nouveau!
    xxx

Répondre à Monic Dubé Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *